Rechercher
  • Julien Marquis

Le château du Champ-de-Bataille : Alexandre, Jacques et les autres


Nous avons visité cet incroyable lieu cet été ! Comme toujours l'idée de ce petit compte-rendu de visite et d'avoir une réflexion sur comment un site touristique doit fonctionner, quelles doivent être les réflexions d'un propriétaire quand il ouvre son château au public, etc...


N'y voyez pas de la critique, mais plutôt une sorte de mini-audit (après tout, c'est mon travail) ! Pour ceux qui pense qu'il ne faut pas toucher à des propriétaires exceptionnels comme Jacques Garcia, imaginez que je suis comme un caniche qui urine sur la statue d'un illustre : ça soulage le caniche et ça ne fait rien à la statue ;)


Le château est situé au milieu d'une forêt à quelques kilomètres d'Harcourt en Normandie.


Un château qui passe entre beaucoup de mains en quasiment 4 siècles


Il n'y a pas de doutes, le château de Champ-de-Bataille est un chef-d'oeuvre. Construit à la demande d'Alexandre de Créquy, frondeur et ami du Prince de Condé, exilé par Mazarin. Il décide de faire construire un palais qui lui rappellera les fastes de la Cour.


Les travaux durent de 1653 à 1665 - Le Vau en est l'architecte, il préfigure probablement le château de Vaux-le-Vicomte et le château de Versailles, dans un style qui va s'imposer à l'architecture française des XVIIème et XVIIIème siècles.


Alexandre de Créquy, ruiné, laisse le domaine en piteux état ; à son décès, c'est son neveu qui récupère le tout et le transmettra. Il retournera alors dans le giron de la famille d'Harcourt.


Au XVIIIème siècle, les d'Harcourt feront des travaux pour réhabiliter le château encore une fois en piteux état. Ils supprimeront les décors du XVIIème siècle. A la Révolution, les travaux sont suspendus et laissés inachevés.


Dans le courant du XIXème siècle et au début du XXème siècle, le château passe de main en main avec complexité, alternant travaux, abandon, etc... Revenant régulièrement dans les propriétés d' Harcourt.


En 1982, le 11ème duc d'Harcourt vend le château à Gilles Boutrolle qui sera à l'origine de la création du Golf dans une partie du domaine. Il mettra également en place de nombreuses animations.


10 ans plus tard, c'est l'actuel maître des lieux Jacques Garcia, qui entre en scène et qui va redonner au château ses fastes passés.


L'arrivée du sauveur, Jacques Garcia


Quand le célèbre décorateur arrive à Champ-de-Bataille, il entreprend de grands travaux. En 1999, le parc est ravagé par la tempête ! C'est un travail colossale qui attend Jacques Garcia.


Faire revivre un château ! Voila un challenge étonnant, certains se perdent dans la complexité de la chose : entre respect du lieu, de son histoire, des aménagements successifs, etc... Parfois certains propriétaires n'osent pas, écoutent trop les avis et ne veulent pas se lancer. Il est plus simple d'être un châtelain conservateur plutôt qu'un châtelain bâtisseur


Très clairement, ce n'est pas le cas ici ! Jacques Garcia a un plan pour Champ-de-Bataille, celui d'en faire un chef-d'oeuvre réceptacle à de multiples chefs-d'oeuvres...


Vaste programme ! Dans le réaménagement du château, il faut donc repenser la disposition des pièces et surtout éliminer des aménagements post Ancien-Régime.


Le résultat est incroyable tant au niveau du château, que du parc ! La force de frappe financière d'une personnalité, sa parfaite connaissance de l'époque (une expertise mondialement reconnue), permettent de faire revivre ce monument au-delà des espérances. Idem pour le parc, qui est totalement réinterprété, et réimaginé, les jardins sont luxuriants et parfaitement entretenus.



Et la visite dans tout ça ?


C'est peut-être le grand défi du Champ-de-Bataille, comme beaucoup de propriétés privées habitées par leur propriétaire...


Le château est largement ouvert au public. Difficile d'avoir les chiffres de fréquentation, d'après des chiffres de 2016, le château et le parc accueillent 19000 visiteurs payants (https://pronormandietourisme.fr/wp-content/uploads/2019/03/La-fréquentation-des-lieux-touristiques-2016.pdf).

Une moyenne de 3,5 / 5 sur les sites de notation (Tripadvisor, Google) avec pourtant 3 étoiles au Guide Vert Michelin...


Comment expliquer ces chiffres décevants alors même que le château et le parc sont somptueux ?


Plusieurs explications selon nous :


- Malgré les aménagements, le château reste un lieu habité, avec la complexité que cela représente. Lors de la visite nous avons eu l'impression que le propriétaire attendait 18h, pour retirer les cordelettes et récupérer l'occupation des lieux.


J'avoue, avoir imaginé Jacques Garcia, tel Louis XIV, attendre 18h, derrière une porte pour pouvoir réoccuper l'espace. (C'est le problème d'avoir trop d'imagination) - Mais je ne suis pas le seul à le penser : https://o.nouvelobs.com/design/20131126.OBS6995/la-folle-vie-de-chateau-de-jacques-garcia.html


Malgré tout, l'impression de rentrer chez quelqu'un est bien présente... et j'avoue beaucoup plus difficile que lorsqu'on visite un château privé lambda. Allez savoir pourquoi ! C'est pourtant un élément de visite hyper intéressant : la totalité de la décoration intérieure est l'oeuvre du maitre des lieux. Encore une fois, la décoration est exceptionnelle, mais pourtant il y a une distance qui s'installe entre le visiteur et le décor qu'il voit. L'accueil, pas désagréable mais assez dirigiste, laisse aussi imaginer qu'on a pas vraiment le droit d'être là où on est !


- La richesse du décor : sans conteste, le château est un écrin pour des joyaux mobiliers ! Mais peut-être sont-ils trop nombreux pour le commun des mortels. Comment apprécier la plénitude de l'oeuvre quand on a pas un oeil aguerri ? Cela me parait difficile ! Il y a les visites guidées qui sont normalement là pour palier ces manques. Mais là encore, sauf de tomber sur une visite du propriétaire, on survole l'ensemble jusqu'à un point de rupture qui fait que l'on ne comprend plus rien... Le trop, est-il l'ennemi d'une muséographie ou d'une médiation réussie ?


Et c'est bien là la problématique centrale selon moi, le manque de sens de tout cela. Si j'étais négatif je dirais, que la volonté et de ne surtout pas installer une médiation et de laisser un rempart infranchissable entre le visiteur et l'érudit (qui comprendra lui en partie le lieu). Mais comme j'essaye d'être positif, je dirais, que finalement cette fameuse médiation (c'est à dire le lien que l'on fait entre le public et l'oeuvre, qui permet de faciliter la compréhension), a probablement été laissée de côté. Vu le chantier colossal, ce n'est pas vraiment une faute, c'est plus une problématique annexe qui n'est généralement pas traitée dans les châteaux privés.


Pourtant ici, cela ferait toute la différence pour comprendre cette oeuvre originale de Jacques Garcia. On a finalement envie de comprendre la réflexion du maitre autour de l'aménagement, du choix des pièces de mobilier, de l'histoire des objets, qui pour la plupart sont uniques et issus de collections royales. Si je poussais la chose, je dirais même qu'on a envie de se prendre pour le maître le temps d'une visite.


Finalement ce qui manque dans cette oeuvre de Jacques Garcia, c'est un peu plus de Jacques Garcia pour comprendre ce qu'il peut y avoir dans la tête du maitre lors de ses quasiment 30 ans de chantier et d'aménagement du château. Un propriétaire s'efface généralement face à son château, mais là très clairement, il faudrait l'inverse !


Idem pour les jardins.... Ils sont sublimes mais on a finalement beaucoup de difficultés à les comprendre. Il n'y a aucune médiation sur place, on déambule quasi hébété dans les massifs, les fontaines et les labyrinthes végétaux. On admire, mais on se demande pourquoi tout ça !


A tout cela vous prenez en compte le tarif élevé de la visite et vous avez un cocktail qui conduit beaucoup de visiteurs à être mécontents.


Nous n'avons pas été mécontents, loin de là, mais en observant les touristes autour de nous et en regardant les avis sur internet (même s'ils ne sont pas toujours significatifs), il nous paraît évident qu'il y a un vrai problème de ce côté là.


Pour conclure, si je peux donner un conseil aux visiteurs, préparez votre visite en amont, découvrez l'univers de Jacques Garcia, renseignez-vous sur Champ-de-Bataille et ses fabuleux jardins. Ainsi, vous profiterez pleinement de toute la splendeur du lieu.












147 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout